Type E 62 887378

Il était une fois une Type E qui avait été délaissée pendant très longtemps. Cette splendide auto croisa mon chemin un beau matin d’avril 2015 et il m’a fallu faire un effort pour imaginer le diamant qui se cachait derrière…la poubelle.

Un effort, il a fallu que j’en fasse un autre par la suite concernant le prix d’achat car la belle étant de 62, l’investissement de base fut…à la mesure du travail nécessaire pour transformer cette citrouille en carrosse…. Comme vous pouvez le constater, la tache était ardue et à l’époque, pas mal de personne se sont un peu foutu de ma…….

Dans un premier temps, le démontage allait leur donner raison. La caisse était bien pourrie. Le ver était dans le fruit…

Après sablage, vu l’ampleur du chantier, décision fut prise de la renvoyer dans le pays qui l’avait vu naitre 53 ans plus tôt. La perfide Albion.

Un découpage dans les règles fut mené. Je dois avouer qu’après avoir pris connaissance des premières photos de mon carrossier anglais, j’ai eu des doutes sur ma santé mentale à entreprendre un tel boulot ( mon banquier aussi d’ailleurs )…

Néanmoins le type était habile de ses mains ( et de sa disqueuse ! ) et je fut vite rassuré sur la qualité de son intervention. Je restaure des Type E depuis 20 ans et sincèrement, je n’avais pas encore vu un tel découpage ! Mais pour la reconstruction, jugez vous même. Du grand art ! Concernant le capot d’origine, définitivement HS, j’ai choisi un modèle en alu, fait sur mesure par un des meilleurs spécialistes anglais ( Il a fait en autre les 6 capots alu des lightweights continuation de Jaguar). La carrosserie terminée, la Type E retraversa la manche et nous revint… quasi prête à peindre.

Malheureusement, à ce moment de la restauration, j’ai dû passer la main pour des raisons bassement financières et j’ai donc vendu cette Type E de 62…en l’état. Le nouveau propriétaire, designer très connu dans le monde automobile moderne, a souhaité que je continu la restauration et c’est avec grand plaisir que Classic affairs poursuit aujourd’hui les travaux.

Après une tentative de peinture (très) infructueuse auprès d’un soit disant “spécialiste” français de la restauration, notre client décida d’envoyer SA Type E de l’autre coté des Alpes, en Italie. Il faut dire qu’en tant que designer automobile, l’homme a ses entrées dans un certains nombre d’officines transalpines et non des moindres. La voiture fut donc préparée et peinte dans une carrosserie italienne, spécialisée dans les concept cars et dirigée par l’ami intime d’un certain Giorgetto Giugiaro… Cette personne, malheureusement décédée depuis peu, travailla en son temps sur des projets comme la Miura ou la Countach et récemment sur la Masérati quattroporte. Un grand Monsieur…

La teinte choisie par notre designer est opalescent silver grey et le résultat est tout simplement…sublime !

Pendant ce temps, nous nous sommes penchés sur la mécanique ( matching numbers of course). C’est un domaine que l’on connait bien chez Classic Affairs. Mis à part la modification du joint spi à l’arrière du vilebrequin, tout est refait à l’origine. Petit modif quand même pour les pastilles de sablage qui sont ici “strappées” comme sur les voitures de course.

Vient le tour de l’ IRS. Berceau et autres traité à l’époxy. Pour le reste, remise en état dans les règles.

Nous avons la caisse d’un coté, la mécanique et l’IRS de l’autre, tout est là pour que le remontage commence…

à suivre

Menu