Block stocker Eleanor

Voici en images le remontage du bloc stroker de notre Eleanor. C’est à la base un 302 ( 5 litres ) dont nous avons remplacé le vilebrequin et les bielles pour arriver à une cylindrée de 331 ci ( 5.5 litres avec un alésage passé à 4.125″). Au final, la puissance estimée devrait se situer entre 350 et 400 cv. Le but étant de garder un max de fiabilité et, dans le cadre d’une utilisation routière, conserver un couple généreux.

Nous avons ciblé les principales étapes afin de vous permettre, si le coeur vous en dit, de vous lancer dans l’aventure.

En premier lieu, le bloc est nettoyé en profondeur. Ca prend du temps mais c’est hyper important.

Tous les filetages sont passés au taraud, avec une attention particulière pour les paliers de vilebrequin. Un fois nettoyés, vous êtes sur que les valeurs de couple préconisée seront respectées

Nettoyer tous les plans de joints et faire sauter les anciennes pastilles de sablage.

Préparer les paliers de vilebrequin. les nettoyer minutieusement et passer à la lime douce les chanfreins pour s’assurer que le coussinet prendra bien sa place. Faire de même pour les emplacement de coussinet sur le bloc

Bien nettoyer les surfaces d’appui des paliers sur le bloc. Dans le cadre de notre moteur, la visserie est remplacée par de l’ARP.

Poser les coussinets de vilebrequin coté bloc. Avant la pose du vilebrequin, je badigeonne les coussinets avec une graisse de montage spéciale mais vous pouvez utiliser de l’huile. Profitez en pour passer deux couches de peinture haute température sur le bloc.

Sortir les bielles, les pistons et les segments de leur emballage. En général, le rectifieur à déjà numéroté les bielles et les pistons. Ajouter une flèche vers l’avant sur tous les hauts de piston. C’est bête mais ça fait gagner du temps. Notez bien que sur un V8, les bielles ont un sens. Le gros chanfrein va coté vilebrequin et le coté plat ( petit chanfrein ) fait face à la bielle qui partage le même maneton.

Monter les pistons sur les bielles en respectant les positions

Sortir les segments et bien noter leur position respective. Le 1 est toujours celui du haut, le 2 celui juste après et en dernier le 3, le racleur d’huile. Le racleur est souvent composé de 3 parties. Notez ausi que les segments 1 et 2 ont un sens. En général, il y a un point ou une marque sur une des faces. Cette marque ou ce point doit toujours être positionné vers le haut. Pour corser le tout, nous avons choisi des segments ” file fit”, ce qui oblige à placer chaque segment dans son cylindre respectif pour controler si le jeu de fonctionnement est correct ( et oui ça fait 32 segments ). Avec la température, le métal s’étend et si le jeu de fonctionnement n’est pas correct, ca serre et..ca casse ! Le jeu ideal se calcule en fonction de l’alésage, du segment ( le 1 et le 2 n’ont pas le même jeu ) et de l’utilisation ou de l’alimentation future du moteur ( Nitrous, Turbo ou compresseur, moteur de course ou…pour aller faire les courses ). Limer les segments jusqu’à l’obtention du jeu voulu. Ca peut se faire à la lime mais il existe un outil fait pour et bien plus pratique ! Dans le cadre de notre 331 ci, ça donne 0.47 pour le segment 1, 0.42 pour le segment 2 et 0.40 pour deux segments fins du racleur…

Reste à positionner ( attention encore une fois au sens ) les segments dans leur gorge de piston respective er vous avez là 8 ensemble bielle/piston prêts à en découdre !

L’opération suivante consiste à reposer le vilebrequin dans le bloc. Vous avez déjà dans une étape précédente positionner les coussinets de paliers. Selon la marque et le modèle, il se peut que ces coussinets soient différents selon leur emplacement. En général, les coussinets ayant des trous ou des échancrures pour les passages d’huile se pose dans le bloc et ceux qui n’ont pas de trou sont à placer dans les paliers. Important, positionner correctement la demi coquille d’étanchéïté du palier ar ( voir photo ). Elle dépasser d’un coté d’au moins 1cm et demi.

Placer le vilebrequin dans le bloc peut être une opération nécessitant deux personnes. C’est relativement lourd mais surtout, c’est une opération délicate. Il faut faire très attention en posant le vilebrequin dans son logement à ne pas abimer les coussinets ou pire les portées du vilebrequin… Le vilebrequin en place, repositionner les paliers en commençant par les deux extrémités et le milieu. Serrer au couple prescrit et contrôler que le vilebrequin tourne librement. Vérifier aussi le jeu latéral du vilebrequin( jeu d’avant en arrière du vilbrequin dans le bloc ). Ce jeu doit être dans les tolérances constructeur. Si tout est ok, passer aux autres paliers, en faisant tourner à chaque fois le vilebrequin. Il doit tourner à la main.

C’est au tour des bielles et des pistons de se remettre au boulot. Pour rentrer chaque piston dans son cylindre il faut un outil spécial. Cet outil comprime les segments et permet ainsi de rentrer facilement le piston dans son cylindre. Avant de comprimer les segments, il faut les positionner les uns par rapport aux autres. On appelle ça tiercer. Une fois les segments bien positionnés, on huile le tout, sans oublier l’axe de piston et on comprime. On place le piston dans son cylindre respectif en prenant bien soin de le positionner vers l’avant et on (re)contrôle le sens de la bielle ( gros chanfrein coté vilebrequin, petit chanfrein coté autre bielle). Si vous avez fait le job correctement au montage des bielles et des pistons, tout va bien. Sinon….. Au moment de poser le chapeau de bielle, garder à l’esprit que lui aussi il a un sens !

Commencer par le cylindre n°1 puis le 2 etc… jusqu’au 8 ( avec 7 ça marche moins bien…). Après avoir placer un piston, tourner le vilebrequin pour s’assurer qu’il tourne librement et qu’il n’y a aucun point dur. A fur et à mesure du remontage des pistons, la force a exercer pour la rotation sera de plus en plus conséquente mais …c’est normal.

Une fois tous les pistons en place, serrer les boulons ( ou écrous ) des chapeaux de bielle au couple prescrit.

L’étape suivante consiste à repositionner l’arbre à cames puis la distribution. Avant d’enfiler l’arbre à cames dans son logement, il faut le lubrifier correctement. Dès les premiers tours, il prend cher. Pour les paliers, graisse de montage ( ou huile ) et pour les cames, huile de montage spéciale. En enfilant l’arbre à cames, faire très attention de ne pas cogner et d’abimer les paliers. L’arbre à cames est maintenu sur le devant par une plaque et deux petits boulons à gris filet. Serrer modérément au frein filet ( bleu ). Attention aussi au sens de la plaque au montage.

Avant la pose de la distribution, on prend soin de déterminer le point mort haut. C’est très important car cela sert de base aux restes des réglages ( calage de la distribution et par la suite allumage ).

On en profite pour remettre les pastilles de sablage. Cette opération peut se faire dès la peinture et le nettoyage extérieur du bloc ou…le moteur terminé, peu importe. L’important est de bien nettoyer le contour des cavités dans le bloc afin que ces pastilles soient étanches. Vous voulez tout sauf qu’elles se mettent à fuir une fois le moteur en place ! Nous les posons à la Loctite verte.

Menu