Mustang 67 Eleanor Réplica

En 2000 sortait un film qui allait compter dans le milieu de la Mustang. Après un homme et une femme ou encore Bullitt, une Mustang allait de nouveau crever l’écran et faire fantasmer des millions de passionnés….

60 secondes chrono ou encore Gone in sixty seconds dans la version originale.

Le film par lui même n’est pas un monument du septième art mais la vedette s’appelle…Eleanor. Je dois avouer qu’à l’époque, je suis sorti de la salle impressionné en me disant…cette bagnole là, elle est terrible !

Je ne vais pas vous raconter le film, tout le monde le connait par coeur… Juste quelques précisions à ceux qui ne sontpas spécialistes du modèle en question et qui pensent encore que cette fameuse Eleanor est sortie tout droit des usines Shelby pour jouer les stars…

Eleanor n’existe pas ( snif ! ). Elle n’a en tout cas jamais existé dans le catalogue de ce vieux renard de Carroll Shelby.

Eleanor n’est pas une vraie GT500 mais une Mustang fastback modèle 67/68 habilement customisée (grossièrement tunée diront ses détracteurs) et maquillée en star hollywoodienne. Remarquez, vu le prix actuel d’une vraie GT500, transformer une Shelby 67 en Eleanor relève de la psychiatrie….

Depuis quelques années, des sociétés spécialisées dans le polyester fabriquent (avec plus ou moins de bonheur) des kits afin de transformer la citrouille en carrosse. On trouve aussi toutes les pièces spécifiques comme les roues, les feux, les echappements latéraux, etc…Alors, chez Classic Affairs on a voulu nous aussi notre Eleanor !.

Tout commence par l’achat de la base, une Mustang fastback 67 tout droit venue de….Los Angeles ( Long Beach ).Normal non pour une star Hollywoodienne ?

Bon, la métamorphose va commencer. Suivez le guide….

Notre Eleanor est arrivée un beau matin de septembre 2011. Dès son arrivée, nous disséquons la bête.Rien à dire coté carrosserie, elle estvraiment en super état ! Pour le budget, c’est primordial car comme on va le voirpar la suite…. construire une Eleanor,ça coute un oeil !

Le moteur,préparé avec arbre à cames et culasses alu,à soit disant 500 miles. Boite auto, pont 8″ autobloquant,Mis à part le faisceau électrique qui semble bien fatigué, l’ensemble est très correct. Un essai routier va pourtant nous inciter à démonter cette Mustang au plus vite !. Au secours ! Les connaissances en mécanique du type qui a remonter cette voiture devaient tenir sur un timbre poste !

Aller, c’est parti pour le démontage. Dans le même temps, nous faisons l’inventaire des pièces à acheter…mais au fait, une Eleanor c’est quoi ?. La ou plutôt les voitures utilisées pour le film étaient équipées d’un 351w accouplé pour la plupart à une boite auto (whouaf whouaf whouaf !), mise à part celle utilisée pour les plans intérieurs ou l’on voit le pov’ Nicolas Cage se débattre avec un levier !

La voiture en question n’ayant jamais eu d’existence “légale”, nous élaborons notre propre cahier des charges.

Motorisation ? Shit ! Une Eleanor, faut que ça envoie du gaz ! Bon, nous ont aime pas les Big blocs. Trop lourds, trop fragiles et trop…gourmants. Un small bloc alors ? Ouais mais un Stroker !.331 ? Un peu juste coté puissance. Un 347 ? Bien mais peut être un poil conventionnel ? Conférence au sommet… On arrive pas à se décider… Et là, on tombe sur le dernier catalogue Ford Racing. Les gus de FRPP ( Ford Racing Performance Parts ) qui sont tout sauf des mous du genou viennent de sortir un tout nouveau moteur :Un 363 de 500hp !. Bloc 302 Boss 4 boulons stroké, pistons haute compression Mahle, culasses alu “Z”, gros carter… Adjugé ! C’est ça qu’on veut !

Toutes les données techniques complètes du 363ci Ford Racing…

Coté boite, faut être à la hauteur des 500 cv du bloc… Boite 5 manuelle évidemment mais laquelle ? La T5 semble un peu faiblarde pour faire le job mais la TKO 600…c’est ce qu’il nous faut !

Vient ensuite le choix du kit. Dans un troupeau de Mustang, une Eleanor ça se remarque de suite ! Et là…le pire côtoie le meilleur.Rien de pire que recevoir un capot avant en hélice d’avion ou un bloc avant réclamant 3 semaines d’ajustage… Les prix débutent vers $2000 pour plafonner à $4000. Le plus cher n’est pas forcement le meilleur et après moultes analyses des forces en présence, notre choix se pose sur….Joker ! Mais on a pris le top !.

Les jantes ? Pas de soucis, on sait ce qu’on veut mais là aussi, plusieurs choix, et du simple au double coté prix. On se renseigne (tailles, back spacing, etc…) et on choisit de mettre nos noisettes chez American Racing (le papa de la Torque D, “LA” jante du lieutenant Bullitt !)

Pour le reste, y a qu’a regarder le film (30, 40 fois…) et faire la liste. Monster tach, pédales alu, bouchon d’essence déporté dans l’aile arrière gauche, pommeau de vitesse “go baby go”, panoplie de feux lenticulaires, échappement latéraux, etc

Quelques semaines (et quelques milliers d’euros) plus tard, tout ce petit monde commence à arriver.


Le kit carrosserie à peine arrivé, déballé


C’est pour une Shelby ? Ben… c’est marqué dessus !363 ci et alimenté par injection !


Le moteur nu le même… habillé de ses poulies alu !


Habillage alu Deluxe pour Eleanor A la place de l’autoradio, les manos indispensables !

La voiture est entièrement démontée. Le compartiment moteur est vidé de ses éléments ainsi que l’intérieur.


L’ancien moteur révisé, il va faire le bonheur d’une autre Mustang

Première des modifs : Le bloc avant. Nous avons choisi un kit muni d’un bloc avant d’une pièce, contrairement à certains kits ou ce bloc est divisé en deux. Bouclier/parechocs et extension de phare/calandre. La qualité des pièces du kit est exceptionnelle et nous nous félicitons d’avoir choisi ce fournisseur.


Le museau d’Eleanor Le bas des ailes avant doit être découpé


Le bloc avant est muni de goujons facilitant le montage le bloc en place avec le capot

Sur une Mustang conventionnelle, le bouchon d’essence se trouve à l’arrière, entre les feux. Sur une Eleanor, la trappe à essence migre sur le haut de l’aile arrière. Il faut donc faire un trou et placer la nouvelle goulotte.


L’emplacement à découper est mesuré et tracé Découpe à la torche plasma


Y a pu qu’à ouvrir le couvercle La nouvelle goulotte est mise en place


Pointage de la goulotte Mise en place du bouchon. Ok, ça le fait !

La caisse part en carrosserie pour la pose du kit et la peinture.
Petite aparté concernant le kit : Suite à nos investigations, nous avons porté notre choix sur un artisan dont les produits paraissaient deux fois plus cher que ceux proposés par les grands fournisseurs. Toutefois, la qualité des pièces est exceptionnelle ! Cela va nous permettre de gagner un temps précieux lors de la pose et donc de rentabiliser largement le surcout lié à l’achat. D’une manière générale, faites très attention aux pièces qui paraissent bon marché . Cela cache toujours quelque chose. Un joint de porte mal moulé n’aura pas d’incidence sur votre sécurité. Un boitier de direction ou des étriers de freins….SI !

Les éléments du kit sont posés assez rapidement et n’ont quasi pas besoin d’être retravaillés.
Le reste de la carrosserie est poncé, apprêté et une première couche de Pepper Grey Métallic ( référence Dupont Fleet 44490 ) est posée. Viennent ensuite les bandes ( référence Dupont Fleet 44435 ). Le tout est reponcé à main légère puis vernis. Viendront par-dessus 2 autres couches de vernis. Le résultat est….à tomber !

Revenue en atelier, le remontage commence. Nous posons le ciel de toit, non sans avoir au préalable posé des insonorisants. Vient ensuite le train avant, avec au passage un abaissement du triangle supérieur ( modif Shelby d’époque ), le kit disque Wilwood ( gros diametre ), un faisceau électrique tout neuf et moderne, les rétroviseurs, l’arceau Shelby, etc, etc

Comme disent nos amis anglo-saxons, « no stone has been left unreturned », ce qui revient à dire qu’aucune dépense n’a été épargné. Nous sommes allez au bout du concept, notre but étant de coller au plus près de la voiture du film. Un dossier a été présenté à l’Eleanor World Registry, un site qui recense les répliques d’Eleanor dans le monde. Pour être enregistrée en tant réplique conforme, il faut montrer patte blanche et notre Eleanor a été reçue sous le numéro 214 !

Mais nous sommes même aller plus loin. Compas de capot alu taillés dans la masse ( Ca vaut l’équivalent d’un bras mais…. ), boule de levier de vitesse Go baby Go, moteur 363 Ford racing de 500 cv, boite 5 Tremec TKO 600, pont arrière autobloquant, freins à disque aux 4 roues, jantes Shelby, Monster tach, etc, etc. La liste est longue ( et couteuse ! ). Les seules différences que nous nous sommes permises par rapport à la « vraie » sont l’ajout d’une console centrale ( copie Shelby 68 ), d’une console de toit et d’un bloc manos supplémentaire pour surveiller le bouilleur !

La voiture est finie extérieurement pour une exposition en juin 2013 et…..remporte une coupe !
Les finitions vont se poursuivre jusqu’en janvier 2014, jusqu’au jour J. Après quelques séances de réglage ( trains, freins et autres ) cette fabuleuse voiture a rejoint son nouveau propriétaire. Il nous reste la satisfaction d’avoir élaboré et amené à son terme ( en prenant du plaisir ! ) un très beau projet. Et vous savez quoi ? 500cv dans une Mustang……ça pousse !

Menu